Carte-De-Commandeur-De-La-Legion-D-Honneur-Du-General-Gamelin-1924-01-huf

Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924

Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924

Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
EN BON ETAT A ETE RESTAURÉE. TRACES DE COLLE , VENDUE EN L ETAT DES PHOTOS , ON Y JOINT LA PLAQUE A GRAVER EN CUIVRE DE SA CARTE DE VISITE PERSONNELLE. DIMENSION DE LA CARTE 15 CM X 11 CM DE LA PLAQUE 10 CM X 6 CM. IL COMMANDE L ARMEE FRANÇAISE EN 39 / 40 ET VOIT SA STRATEGIE MISE EN DEROUTE PAR LES ALLEMANDS LORS DE LA PERCEE DE SEDAN , ARRETÉ PUIS. INTERNÉ EN ALLEMAGNE EN 1942. L’item « CARTE DE COMMANDEUR DE LA LEGION D HONNEUR DU GENERAL GAMELIN 1924″ est en vente depuis le jeudi 22 juillet 2021. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « spahijeanpaul » et est localisé à/en MONTREAL . Cet article peut être expédié au pays suivant: Europe.
  • Sous-type: Ordre
  • Objet modifié: Non
  • Pays, Organisation: France
  • Type: Carte
  • Service: Armée de terre
  • Période: 1919-1930
  • Pays de fabrication: France

Carte De Commandeur De La Legion D Honneur Du General Gamelin 1924
4-Medailles-reductions-Legion-Honneur-Blesses-Croix-guerre-1914-18-1870-01-hx

4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870

4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870

4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
Barrette de 4 médailles miniatures de la première guerre Mondiale. Ordre de la Légion d’honneur, instituée en 1802. Croix de chevalier en miniature. Médaille sertie d’une vingtaine de petits brillants. Médaille militaire de 1870. Croix de guerre avec palme et 3 citations 1914 – 1918. Médaille des blessés de guerre. Hauteur de la plus grande 5.5 cm et largeur barrette 5.5 cm. Livrées dans un écrin en cuir vert. L’item « 4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870″ est en vente depuis le mardi 3 mars 2020. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « superschiko » et est localisé à/en Augy sur Aubois. Cet article peut être expédié aux pays suivants: Amérique, Europe, Asie, Australie.
4 Médailles réductions Légion Honneur Blessés Croix guerre 1914-18 1870
Commandeur-De-La-Legion-D-Honneur-Luxe-Argent-Et-Or-01-sa

Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or

Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or

Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
SUPERBE PIECE DIAMANTS TAILLE EN ROSE TOUT EN RELIEF POINCON MAISON CHOBILLON TETES D AIGLE ET SANGLIER POIDS 65 GRAMMES FORMAT 88 MM X 62 MM. 1 BOULE LEGEREMENT FAUSSEE. L’item « COMMANDEUR DE LA LEGION D HONNEUR LUXE ARGENT ET OR » est en vente depuis le lundi 22 mars 2021. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\Europe ». Le vendeur est « suky1960″ et est localisé à/en Nice. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Médaille
  • Pays, Organisation: FRANCE
  • Type: Insigne, Décoration
  • Service: Armée de terre
  • Période: 1914-1918
  • Pays de fabrication: France

Commandeur De La Legion D Honneur Luxe Argent Et Or
Super-France-Ordre-De-La-Legion-D-Honneur-01-lp

Super France Ordre De La Legion D Honneur

Super France Ordre De La Legion D Honneur
Super France Ordre De La Legion D Honneur
Super France Ordre De La Legion D Honneur
Super France Ordre De La Legion D Honneur

Super France Ordre De La Legion D Honneur
SUPER FRANCE ORDRE DE LA LEGION D HONNEUR. FRANCE ORDRE DE LA LEGION D’HONNEUR Bijou de grand croix d’époque Ve République. En vermeil et émail Poinçon au crabe. 88 x 61 mm. POUR CEUX QUI NE SONT PAS SUR DE FINALISER L ACHAT MERCI DE NE PAS ENCHERIR. ENVOI DANS LE MONDE. L’item « SUPER FRANCE ORDRE DE LA LEGION D HONNEUR » est en vente depuis le dimanche 28 mars 2021. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « artdhierd » et est localisé à/en PARIS, Île-de-France. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Ordre
  • Objet modifié: Non
  • Pays, Organisation: France
  • Type: Insigne, Décoration
  • Service: Armée de terre
  • Période: 1816-1913
  • Pays de fabrication: France

Super France Ordre De La Legion D Honneur
Medaille-Honneur-Des-Chemins-De-Fer-Coloniaux-sncf-Togo-Francais-01-ci

Medaille Honneur Des Chemins De Fer Coloniaux/sncf Togo Francais

Medaille Honneur Des Chemins De Fer Coloniaux/sncf Togo Francais
Medaille Honneur Des Chemins De Fer Coloniaux/sncf Togo Francais

Medaille Honneur Des Chemins De Fer Coloniaux/sncf Togo Francais
MEDAILLE HONNEUR DES CHEMINS DE FER COLONIAUX/SNCF TOGO FRANCAIS. Le règlement est attendu dans les sept jours suivant la vente. L’envoi des pièces se fait après réception du règlement. P our toute question me contacter avant d’enchérir. Envoi standard avec suivi: 7,50. L’item « MEDAILLE HONNEUR DES CHEMINS DE FER COLONIAUX/SNCF TOGO FRANCAIS » est en vente depuis le dimanche 17 janvier 2021. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « centre-collections » et est localisé à/en Aurillac, Auvergne. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Médaille
  • Pays, Organisation: France
  • Pays de fabrication: Togo

Medaille Honneur Des Chemins De Fer Coloniaux/sncf Togo Francais
Diplome-Et-Medaille-D-Honneur-Palais-Imperial-Fontainebleau-01-omk

Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau

Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau

Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
ROUCY ANTOINE BRIGADIER PALAIS IMPERIAL FONTAINEBLEAU 19 MAI 1857. SAUVETAGE D UN ENFANT TBE. L’item « DIPLOME ET MEDAILLE D HONNEUR PALAIS IMPERIAL FONTAINEBLEAU » est en vente depuis le vendredi 22 novembre 2019. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « suky1960″ et est localisé à/en Nice. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Médaille
  • Pays, Organisation: France
  • Service: Gendarmerie

Diplome Et Medaille D Honneur Palais Imperial Fontainebleau
30-Medailles-Miniatures-Barrettes-Legion-Honneur-Dragon-Annam-Anjouan-01-ip

30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan

30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan

30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan…. L’item « 30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan » est en vente depuis le lundi 25 janvier 2021. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « volubilis2011″ et est localisé à/en Paris. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Ordre
  • Pays, Organisation: France
  • Type: Insigne, Décoration

30 Medailles Miniatures Barrettes Legion Honneur Dragon Annam Anjouan
LEGION-D-HONNEUR-SECOND-EMPIRE-NAPOLEON-III-CENTRE-EN-OR-521m100-01-es

LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100

LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100
LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100
LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100

LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100
LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100. L’item « LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100″ est en vente depuis le samedi 17 octobre 2020. Il est dans la catégorie « Collections\Militaria\Médailles, décorations, ordres\France ». Le vendeur est « atraverslessiecles » et est localisé à/en Boussu. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Sous-type: Médaille
  • Pays, Organisation: France
  • Type: Insigne, Décoration
  • Période: 1816-1913
  • Pays de fabrication: France

LÉGION D HONNEUR SECOND EMPIRE, NAPOLÉON III, CENTRE EN OR 521m100
AFFICHE-General-De-Gaulle-1958-Honneur-Patrie-en-ARABE-imp-Baconnier-Algerie-01-olr

AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie

AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie

AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie
PAS DE COPIE CHEZ NOUS NO COPY we sell only original period posters. Entoilée par nos soins. 43 X 34 cm. Envoi en colis assuré. La traduction partielle des inscriptions en arabe serait.  » On est les fils d’un seul pays , la France « . Vous pouvez nous contacter. Pour la sauvegarde de vos affiches. (exemples photos de notre travail et devis sur demande). Branche de Châlons branche de Paris. Pays ou province dorigine. Colombey les deux eglises. Président de la République. Député Sénateur Conseiller d’État Conseiller-maitre à la Cour des Comptes. Grand-maître de la Légion d’honneur Grand-maître de l’ordre de la Libération Grand-croix de l’ordre du Mérite. La famille de Gaulle , anciennement Degaulle , est une famille subsistante d’ancienne bourgeoisie française. Originaire de Colombey les deux églises en Haute-Marne, puis établie à Paris. Cette famille compte parmi ses membres de nombreuses personnalités à partir du XX. Siècle : le général de Gaulle. Président du Gouvernement provisoire de la République française. Président de la République de 1959 à 1969 ; son fils l’amiral Philippe de Gaulle. Notamment Geneviève de Gaulle-Anthonioz. (nièce du général) ; des parlementaires. Ou encore des hauts fonctionnaires. Le patronyme De Gaulle serait, d’après Albert Dauzat. Un nom d’origine flamande calqué du néerlandais. Van de Walle , où De Walle signifie « Le Rempart » (nom d’origine : maison située près du rempart), dans lequel de = le et walle = mur , le w germanique ayant muté en g. Selon cette étymologie, le De ne serait pas une préposition, une particule précédant un nom de terre, mais l’article Le (en néerlandais), qui de ce fait prendrait une majuscule en Belgique. Il existe néanmoins d’autres étymologies possibles. En suivant l’hypothèse d’Albert Dauzat, l’éventuelle origine flamande de la famille de Gaulle remonterait à une époque très ancienne, peut-être dès le Moyen Âge. On suit habituellement pour écrire de Gaulle la convention selon laquelle les particules prennent une minuscule. Suivant cet usage, et conformément aux conventions de la langue française relatives à l’usage de la particule. Le mot « Gaulle » étant monosyllabique, le « de » se conserve même quand le nom n’est pas précédé du prénom ou d’un titre de civilité. La famille de Gaulle, originaire de Colombey les deux églises en Haute-Marne. Puis établie à Paris. S’est illustrée à partir de la seconde moitié du. Siècle où elle a donné des personnalités notoires. La filiation suivie de la famille de Gaulle commence avec un certain Jehan Degaulle, dit « le Jeune » (11/01/1615 à Châlons-en-Champagne 26/07/1672 à Châlons-en-Champagne), portefaix, facteur de grain, puis marchand à Châlons-en-Champagne. Qu’on s’accorde à considérer aujourd’hui comme le fils probable d’un laboureur de Châlons-en-Champagne, Nicolas 17/02/1578 à Vauvillers. Vers 1609, issu d’une lignée de vignerons, laboureurs et marchands, ayant pour premier auteur connu un Thébault 1475? , et dont le nom fut orthographié indifféremment de Gaulle ou Degaulle. Les descendants de Jehan Degaulle le Jeune s’enrichirent par le commerce, devenant de petits notables champenois : on relève, parmi eux, un juge consul et marguillier. Un sergent puis archer royal en la maréchaussée de la généralité de Champagne. Une branche cadette de la famille de Gaulle demeura à Châlons-en-Champagne. Que l’on suit jusqu’au. Siècle, et qui est aujourd’hui vraisemblablement éteinte (voir généalogie ci-après). Le couple a deux fils. Puis directeur des Postes militaires de la Grande Armée. Son fils Julien Philippe de Gaulle. Deux petits-fils du général sont des hauts fonctionnaires. Et son frère Jean de Gaulle. Ce dernier ayant eu également une carrière politique. Il s’agit en fait des armes d’une autre famille, les. Famille de Bourgogne éteinte et dont il est démontré qu’elle n’a pas de lien avec la famille du général de Gaulle. La famille du général de Gaulle prit pour armoiries. « Tiercé en fasce, dargent, de gueules et dazur, largent chargé de trois noix de Galles de gueules tigées et feuillées de sinople, lazur chargé de trois trèfles dor ». Par commodité, de Gaulle est systématiquement orthographié en deux mots, bien que la particule ne fût pas toujours disjointe, notamment pendant la Révolution française. La famille de Gaulle à Châlons-en-Champagne. La filiation n’est certaine qu’à partir de Jehan, dit le Jeune (11/01/1615 à Châlons-en-Champagne 26/07/1672 à Châlons-en-Champagne). Personnalités de la famille et apparentée. Julien Philippe de Gaulle. 13/08/1883 à Paris. , historien, grand-père du général Charles de Gaulle. 01/01/1880 à Paris. Sous le nom de « Barz Bro C’hall », spécialiste de la langue et de la civilisation celtique. Oncle du général Charles de Gaulle. 03/05/1932 à Sainte-Adresse. Avocat à la cour d’appel de Paris. Professeur de lettres, d’histoire et de mathématiques au lycée Stanislas. Officier de la Légion d’Honneur, père du général Charles de Gaulle. 09/02/1955 à Bordeaux. , ingénieur civil des Mines. Capitaine de l’armée, percepteur, résistant. Frère du général Charles de Gaulle. Marie-Agnès de Gaulle (épouse Cailliau). 25/03/1982 à Boulogne-Billancourt. Sur du général Charles de Gaulle. 09/11/1970 à Colombey les Deux Églises. (à titre temporaire), fondateur et premier président de la. Grand maître de l’Ordre de la Libération, grand maître de l’Ordre de la Légion d’honneur. 17/02/1946 à Grenoble. 26/12/1959 à Neuilly-sur-Seine. Banquier, homme politique, député. Président du conseil de Paris. Yvonne de Gaulle (née Vendroux). 08/11/1979 à Paris. , épouse du général Charles de Gaulle. Geneviève de Gaulle (épouse Anthonioz). Présidente d’ATD Quart monde. Grand croix de la Légion d’honneur, nièce du général Charles de Gaulle. Grand croix de la Légion d’honneur et grand croix de l’ordre du Mérite, fils du général Charles de Gaulle. (13 février 1922 – 2 avril 2020), missionnaire français, neveu du général Charles de Gaulle. 02/04/2013, fille aînée du général de Gaulle et de son épouse Yvonne, épouse d’Alain de Boissieu. 06/02/1948 à Colombey les Deux Églises. , fille du général Charles de Gaulle. Homme politique, petit-fils du général de Gaulle. (01/09/1951 à Rabat au Maroc), énarque, secrétaire général de GDF SUEZ. Conseiller d’État, petit-fils du général Charles de Gaulle. De 1986 à 2007, conseiller-maître à la Cour des comptes. Petit-fils du général Charles de Gaulle. Personnalités apparentées à la famille de Gaulle. (1913 – 2000), résistant. Neveu du général Charles de Gaulle. Alain de Boissieu -Déan de Luigné. 05/04/2006 à Clamart. Gendre du général Charles de Gaulle. 14/07/1994 à Paris. Éditeur d’art, haut fonctionnaire. Directeur de la création artistique au ministère des Affaires culturelles. Fondateur du Centre national d’Art contemporain précurseur du Musée national d’Art moderne. , neveu par alliance du général Charles de Gaulle. 29/05/2009 à Paris. Dirigeant de télévision, diplomate. Petit-neveu du général Charles de Gaulle. Des places, des rues, des avenues, des ronds-points ont été nommés en l’honneur du général de Gaulle. Charles de Gaulle (porte-avions). Sauter à la navigation. Sauter à la recherche. Drapeau de la France. Blason de l’Algérie composé sous le Second Empire. Évolution de l’Algérie française de 1830 à 1962. Système monétaire de la régence d’Alger. Reddition d’Abd el-Kader. Création des départements français d’Algérie. Massacres de Sétif, Guelma et Kherrata. Indépendance de l’Algérie. Gouvernement provisoire de la République algérienne. La période dite de l Algérie française en arabe. Au sens historique du terme. , ou de l Algérie coloniale , va, dans l’histoire de l’Algérie. Avec la prise d’Alger. Avec l’indépendance du pays. Cette période est parfois aussi désignée, dans son ensemble, comme celle de la colonisation , de la présence ou de l’occupation française. En 1839, les autorités françaises adoptent le nom d Algérie comme appellation officielle du territoire correspondant. L’entreprise de conquête. Se termine par l’annexion. D’une partie du Sahara. En 1902, tandis que la colonisation proprement dite voit la création des départements français d’Algérie. Et des territoires du Sud. La résistance à la colonisation fait place après la Première Guerre mondiale. À la constitution du mouvement national algérien. À la suite de la guerre d’Algérie. Du pays est proclamée et voit l’exode des pieds-noirs. Et de certains harkis. » est le nom officiel du territoire pendant la période coloniale. Le terme est issu, peut-être via le catalan. Al-Djazair , qui dans le texte des traités passés par la régence d’Alger. Nomme aussi bien la ville que le pays qu’elle commande. Le pays est désigné, avant 1830. Par les expressions les plus diverses : « Barbarie », « El Djezair », « Numidie », « Africa », « Ifrikyia », « Royaume d’Alger ». L’usage du nom « Algérie », bien qu’antérieur à son officialisation progressive (1838-39). Des attributions diverses mais incertaines. Le font remonter à Fontenelle. Ne se généralise que par la suite. Juridiquement, le nouvel espace délimité par la conquête. Qui était auparavant celui de la Régence, est d’abord dénommé « Établissements français du Nord de l’Afrique » ou « Possessions françaises dans le Nord de l’Afrique. Venant après « les premiers temps qui ont suivi l’occupation du pays d’Alger », organise l’administration « en Alger ». L’appellation « Algérie » est proposée par une première instruction du ministère de la Guerre. Pour le huitième anniversaire de la prise de la ville. Puis définitivement officialisée le. Par une nouvelle instruction. Signée du ministre Virgile Schneider. L’expression « Algérie française. » voit son usage s’amplifier vers la fin de la période coloniale : le rappel du lien avec la France, superflu avant 1954, s’impose après cette date lorsque ce lien est mis en cause. Confrontée au processus de décolonisation. La Quatrième République française. Utilise la formule pour réaffirmer l’idée d’un territoire indissociable de la métropole. Dans les dernières années de la guerre d’Algérie. Elle est le slogan des opposants à l’indépendantisme puis à la politique d’autodétermination et, notamment, de l’OAS. Elle devient usuelle pour distinguer la période de celle de l’Algérie indépendante. Et des autres époques de l’histoire du pays ; dans le même temps, elle est parfois employée pour désigner, au sein de la société coloniale, la « sphère » française, par opposition à l’« Algérie algérienne ». Ou encore pour qualifier, dans la France contemporaine, les milieux et les courants demeurés attachés à la souveraineté française sur l’Algérie. Dans son sens historique, « Algérie française » est généralement utilisée comme synonyme de l’expression « Algérie coloniale ». Aux yeux de l’historienne Sylvie Thénault. Cette dernière présente l’intérêt de désigner explicitement l’état du pays à cette époque. Dans le cadre d’un découpage en plusieurs parties de l’histoire de l’Algérie à la période coloniale, faisant succéder à une phase de prise de possession, de 1830. « soumission du pays et, de ce fait, [d’]organisation pérenne de l’Algérie française sous toutes ses formes ». Sylvie Thénault considère que si. « la tutelle française sur l’Algérie… Fut officiellement instaurée en 1830, avec la capitulation du dey Hussein. Elle resta instable pendant près d’un demi-siècle, les insurrections relayant la résistance armée d’Abd el-Kader. Et elle ne fut vraiment organisée que dans les années 1880 et 1890. L’Algérie française n’avait rien d’une évidence et sa construction nécessita des décennies ». Spécialiste de l’histoire du droit, fait une césure plus tardive : à l’intérieur des « cent trente-deux années de la présence ou de l’occupation française », il situe « l’apogée de la colonisation » de 1898. Demi-siècle marqué par l’activité des délégations financières. Pour Mourad Betrouni, directeur algérien du Patrimoine, c’est 1870. Qui sépare les deux étapes fondamentales de l’occupation française, celles de l’administration militaire et de l’administration civile. Le déclin de la régence d’Alger et les convoitises françaises. La régence d’Alger. Théoriquement une dépendance de l’Empire ottoman. Est en fait au début du. Un État quasi indépendant entretenant un lien formel avec le sultan-calife d’Istanbul. Elle est dirigée, depuis 1818, par Hussein Dey. Dernier dey d’Alger. Vassal du sultan de l’Empire ottoman. Le territoire de la régence est réparti administrativement entre un Dar es-soltane. « territoire du sultan » Alger, le Sahel et la Mitidja. Gouvernés par les beys. Qui sont des vassaux du dey : les beyliks du Titteri. Après une période de gouvernance prospère au. La régence est en déclin au. Sous l’influence de plusieurs facteurs. De 1802 à 1821, la politique d’exportation du blé, pour faire entrer des revenus dans le trésor provoque une violente dissidence des tribus de l’arrière-pays. Des populations qui affichent ouvertement leur désir de se débarrasser de la régence (révoltes paysannes de Ben el Harch et des Derkaoua). La disette pousse le reste des populations dans l’action armée qui prend la forme d’une guérilla larvée contre les représentants de la régence. Sur le plan militaire, la flotte d’Alger est dépassée et ne peut plus tenir tête aux marines des pays européens ; à partir de 1815. Les flottes britannique et française dominent la Méditerranée. La crise sociale déclenche une crise politique, le dey d’Alger semble contesté par certains beys. Le dey Ali Khodja engage une dernière série de réformes politiques visant à soumettre les janissaires au pouvoir. Leur soulèvement est sévèrement réprimé, et les effectifs de ce corps d’infanterie d’élite sont dès lors au plus bas. Le pays est soumis à un blocus maritime. Qui commence en juin 1827 et va durer trois ans. Du côté français, le gouvernement ultra. Du prince de Polignac. Espère revivre les conquêtes militaires de Napoléon. Et consolider l’influence française dans le bassin occidental de la Méditerranée. Ainsi que juguler l’opposition intérieure en renouant avec le prestige monarchique dont rêve Charles X. Charles X est également à court de trésorerie et l’immense pactole que constituait la fortune du dey d’Alger pouvait représenter un objectif majeur de cette expédition. Quant aux pirates, ils avaient fortement réduit leurs activités depuis le. Le dey avait dû renoncer en 1818. À la traite des esclaves chrétiens comme à la piraterie. À la suite de l’intervention de la flotte britannique deux ans plus tôt, soit plus de dix ans avant le conflit avec la France. Une des raisons les plus vraisemblables semble être le contentieux financier à la suite de l’emprunt par la France durant la révolution de blé algérien. Cette somme n’ayant jamais été payée à l’État algérien envenime de façon croissante les relations algéro-françaises. L’expédition apparaît alors comme un moyen pour la France de se débarrasser d’un créancier. Le coup d’éventail porté par le régent Hussein Dey. Au consul de France Pierre Deval à Alger le. Sert de prétexte à la France pour lancer une action punitive contre la régence d’Alger. Amenant finalement la conquête et la colonisation du pays. Enfin, le bombardement de La Provence (1829), un navire battant pavillon parlementaire, par les batteries d’Alger représente le casus belli qui déclenche la « guerre d’Alger. » (juin à juillet 1830). La Provence devant Alger , le. Le bombardement du navire royal par les Ottomans est le casus belli. De la prise d’Alger. À la suite de la prise d’Alger, les Français mettent fin à l’autorité du dey d’Alger. Les Français ne veulent pas que le dey se maintienne dans la ville même après capitulation et lui imposent l’exil. Ils expulsent également les 10 000. Ils les reconduisent au port ottoman de Smyrne. Charge du colonel Louis Morris du. Régiment de chasseurs d’Afrique. Arabe à Alger, deux soldats français en uniforme (en bas) s’approchent de trois colons pieds-noirs. En habits bruns et chapeaux mous, circa 1899. La monarchie de Juillet. Hérite des conquêtes réalisées en Algérie. Finissante et qui cherchait dans l’aventure coloniale un peu de gloire militaire dans l’espoir de reconquérir quelque popularité. Aurait probablement renoncé à ce legs encombrant, dont la conservation mobilise des moyens militaires importants à un moment où le nouveau régime est vivement attaqué de l’intérieur. Mais il doit flatter les sentiments patriotiques en France, notamment ceux de l’aile gauche de ses partisans. Au départ, le roi des Français souhaite donc le maintien du statu quo en Algérie, c’est-à-dire une occupation française limitée à quelques enclaves côtières Alger. Comme l’avaient fait précédemment les Espagnols avec leurs présides. Lendemain même de la prise d’Alger. Une commission de gouvernement, présidée par l’intendant général, le baron Pierre-Paul Denniée. 1848, fut constituée pour établir les besoins et les ressources du pays, les institutions qu’il s’agissait de modifier ou de remplacer. Les membres de cette commission furent. Le consul Alexandre Deval. Neveu de celui qui avait jadis été insulté par le dey. Le payeur général Férino. L’officier-interprète colonel d’Aubignosc. Ce dernier, qui avait longtemps résidé dans les pays barbaresques, fut nommé lieutenant-général de police et devint de fait le premier chef de l’administration algérienne. Une commission municipale composée de Maures. Et de Juifs fut chargée de renseigner la commission de gouvernement ; elle était présidée par Ahmed Bouderba. Un Maure qui vivait à Marseille. (et était marié à une marseillaise), homme d’esprit fin et rusé, mais sans moralité aucune et plus tracassier qu’habile. Cette phase initiale de peuplement se réalise grâce à des vagues successives et massives d’immigration d’européens. Durant les quatre premières années de présence française, on vit arriver un nombre important de colons qui furent divisés en trois classes. Ceux qui avaient assez de ressources pour construire leur maison, à qui on donna dix hectares. Les anciens militaires, qui reçurent six hectares. Les colons sans ressources à qui on attribua quatre hectares. Cependant, l’afflux important de colons fut tel que les autorités militaires ne purent fournir des terres à tous les nouveaux arrivants. Alors commandant militaire de l’Algérie, prit des mesures draconiennes, obligeant les nouveaux venus à avoir de quoi subvenir à leurs besoins pendant un an. Cavaliers rouges d’Abd el-Kader , par Léon Galibert, circa 1854. Mais, alors que les autres colonies relèvent du ministère de la Marine, celles-ci sont placées sous la supervision du ministère de la Guerre, dirigé à partir de novembre 1830 par le maréchal Soult. Ce dernier va s’intéresser de près à ces possessions françaises. Il organise sur place des unités militaires spécialisées, adaptées au pays spahis. Et crée les « bureaux arabes. », conçus par le général Trézel. Et dont le rôle sera clarifié plus tard par le capitaine de Lamoricière. La haute hiérarchie militaire pousse ainsi à un renforcement de la présence française en Algérie. Qui avait été gouverneur de l’Algérie. A fait pour celle du Royaume-Uni. Interpellé, Soult dément que le gouvernement ait la moindre intention d’entreprendre cette opération, mais il ajoute qu’il en laisserait volontiers la réalisation à des entreprises privées concessionnaires. Organise l’annexion effective de l’Algérie par la France. Faisant ainsi des autochtones algériens des sujets français. Avec 7 000 hommes, Clauzel tente ensuite de s’emparer de Constantine. Mais il échoue le 24 novembre. Et rentre à Bône. En ayant perdu officiellement un millier d’hommes. Relation avec l’émir Abd el Kader. Une ordonnance du roi confie le commandement général et la haute administration des possessions françaises en Algérie à un gouverneur général placé sous les ordres du ministre de la guerre. Le général Drouet d’Erlon. Est nommé quelques jours après gouverneur général des possessions françaises du Nord de l’Afrique. Mais la situation des enclaves françaises en Algérie est rendue précaire par les ambitions du bey. L’émir Abd el-Kader. Qui, fort du traité qu’il a conclu avec le général Desmichels. Étend en 1835 sa domination dans le Titteri. Au centre de l’Algérie, depuis le Maroc. Jusqu’aux confins du beylicat. En juin 1835, Abd el-Kader attaque une tribu de l’Oranais. Qui s’est placée sous la protection de l’armée française. Cette dernière, commandée par le général Trézel. Riposte, mais elle est décimée dans une embuscade au défilé de la Macta. À la suite de ce désastre, Drouet d’Erlon est rappelé et remplacé par le maréchal Clauzel. Qui revient en Algérie comme gouverneur général. L’armée du maréchal Clauzel, dans laquelle combat le duc d’Orléans. Venge l’affront de la Macta par une opération punitive réussie sur Mascara. En décembre 1835, puis sur Tlemcen. Mais les effectifs sont insuffisants pour occuper ces deux villes, et l’armée doit se replier sur Oran. Sans faire aucune conquête durable. Inflige ensuite de lourdes pertes aux troupes d’Abd el-Kader à la Sikka, près de Tlemcen, le. Est envoyé en Algérie avec la double mission de combattre Abd el-Kader. Et de faire la paix. Il remporte un premier succès à la Sikkak. La campagne prend fin avec le traité de Tafna. Signé conjointement par Bugeaud et l’émir Abd el-Kader. L’option pour une politique de colonisation limitée (1837). À la suite de cet échec, Clauzel est rappelé en février 1837. Et remplacé par le général Damrémont. À qui le président du Conseil. Donne les instructions suivantes : « Le but que le gouvernement se propose n’est pas la domination absolue de la Régence. Ce que la France a surtout en vue, c’est son établissement maritime , la sécurité de son commerce , l’accroissement de son influence dans la Méditerranée. La France a surtout intérêt à être maîtresse du littoral. Le reste doit être abandonné à des chefs indigènes. C’est dans cet esprit que Bugeaud conclut avec Abd el-Kader, le. Le traité de Tafna. Qui ne mentionne la souveraineté française que sur les enclaves côtières, quitte à paraître abandonner tout le reste du territoire à l’émir. Ce traité sembla avoir particulièrement avantagé Abd el-Kader, auquel sont reconnus des avantages territoriaux très supérieurs à ceux qu’il exerçait initialement. Il est possible que Bugeaud se soit laissé corrompre dans cette négociation, et qu’il ait trouvé ainsi les ressources nécessaires à l’agrandissement de ses propriétés en Vendée. Hommes jouant aux échecs. Passage des Portes de Fer. Le Prince-Président de la République. Rend la liberté à Abd el-Kader. Abd el-Kader ayant renforcé son armement et étendu les territoires soumis à son influence à la faveur des traités conclus avec la France, il apparaît que tous les ménagements que lui ont manifesté les autorités françaises aient joué contre ces dernières. Aussi une politique générale de conquête des territoires compris entre la mer et le Sahara est-elle mise en uvre. À l’été 1837. Et le chef de son gouvernement, le comte Molé. Décident une nouvelle expédition sur Constantine. Avec l’expédition d’Alger, le roi des Français cherche à obtenir un meilleur résultat aux élections en offrant au pays un peu de gloire militaire et en vengeant l’échec de l’expédition de 1836. L’armée française part de Bône. L’assaut victorieux est commencé par le général Damrémont. Qui est emporté par un boulet, et achevé par son successeur, le général Valée. Ce dernier est élevé à la dignité de maréchal de France. Et nommé gouverneur général de l’Algérie. À l’automne 1839. Le duc d’Orléans. Fils aîné du roi, part pour l’Algérie pour réaliser, avec le maréchal Valée. La prise de possession par la France de la partie intérieure du pays. Trois jours après le deuxième anniversaire de la prise de la ville, la troupe gagne Alger. En passant par Sétif. Et le défilé des Portes de Fer. Y voit une violation du traité de Tafna. Et déclenche la guerre sainte. S’enclenche ainsi une escalade qui aboutira à l’occupation totale de l’Algérie par la France. Dès la fin de 1839, l’émir lance des raids meurtriers sur la Mitidja. Redevenu chef du gouvernement au début de 1840. Pour se démarquer de ses prédécesseurs et conquérir un peu de gloire pour redorer le blason de la monarchie de Juillet, dénonce la politique consistant à limiter l’occupation française aux enclaves côtières en abandonnant de fait l’intérieur des terres à l’émir. Il se livre à une critique sévère du traité de Tafna. Épouse cette conception car il a compris que l’Algérie forme un terrain idéal sur lequel ses fils peuvent cueillir les lauriers militaires qui consolideront le prestige de sa dynastie. Pour accomplir son dessein, Thiers sollicite le général Bugeaud. Au départ réservé, Bugeaud s’est convaincu de la nécessité d’une colonisation jusqu’aux limites du désert. Bugeaud est nommé gouverneur général de l’Algérie par le ministre Thiers. Le jour même de son arrivée à Alger, le 22 février 1841, Bugeaud adresse une proclamation aux habitants de l’Algérie ainsi qu’à l’armée. Aux habitants, il expose qu’il a été l’adversaire de la conquête absolue en raison des moyens humains et financiers qu’elle exige, mais qu’il s’y consacrera désormais tout entier. À l’armée, il dit que son but n’est pas de faire fuir les Arabes, mais de les soumettre. Bugeaud obtient la permission d’attaquer le Maroc. Qui aidait l’émir Abd el-Kader dans sa résistance. Les troupes marocaines sont surprises par Bugeaud sur l’oued d’Isly. S’ensuit la bataille du même nom. Non loin de la frontière. Sa victoire met fin à l’aide marocaine, les spahis. Continuent de pourchasser Abd el-Kader jusqu’au. Date de sa reddition. Sa soumission officielle à la France a lieu le. L’arrêté du Président du Conseil des. , crée un département sur le territoire civil de chacune des provinces d’Oran, Alger et Constantine. Crée un corps spécial composé d’indigènes musulmans et nommé compagnie des Oasis sahariennes. Elle est placée sous le commandement du lieutenant Georges Guillo-Lohan, chargée d’ouvrir la route commerciale du massif du Hoggar. Et des Territoires du Sud. Domaine des guerriers nomades touareg. Guillo-Lohan doit occuper les oasis d’Ain Salah. Et mener une contre-offensive face aux Touaregs qui se livrent à la tactique de la razzia. Traversant ces contrées désertiques. Révoltes contre le pouvoir français. Depuis 1836, les conflits où la France était impliquée virent des contingents de spahis. Envoyés au front jusqu’en Crimée toujours aux premiers rangs. La bataille de Zaatcha. Marque un coup d’arrêt aux insoumissions. Insurgé à son tour, l’oasis de Laghouat. Début 1871 a lieu la révolte des Henanchas. Quand le ministre de la guerre donna l’ordre d’envoyer plus de régiments de spahis. Algériens sur le front prussien. Il ne restait plus que les contingents de Souk Ahras et celui de la région de Moudjbeur. Ces derniers refusant de partir, un premier accrochage tua un brigadier français. Trois jours plus tard, l’insurrection débuta où certains prêchaient la guerre sainte et l’indépendance du pays. Se regroupèrent autour de Ahmed Salah ben Resqui. Cheikh des Hnenechas, et effectuèrent plusieurs razzias sur Souk Ahras. À l’arrivée des renforts français, une bataille eut lieu à Ain Sennour. Manquant de munitions et d’effectifs, les Algériens ne purent résister. Ils furent jugés, condamnés à mort ou expatriés. Cette affaire eut un retentissement dans tout le pays, où plusieurs révoltes éclateront durant l’année 1871. La même année, la révolte des Mokrani. Survenue le 16 mars, soulève plus de 250 tribus, soit un tiers de la population du pays. Elle est la plus importante insurrection contre le pouvoir colonial français depuis le début de la conquête de l’Algérie en 1830. Elle est menée depuis la Kabylie des Bibans. Par le cheikh El Mokrani. Et son frère Boumezrag. Ainsi que par le cheikh El Haddad. Chef de la confrérie des Rahmaniya. L amiral de Gueydon. Le 29 mars, en remplacement du commissaire extraordinaire Alexis Lambert. Mobilise 100 000 soldats afin de mener une opération de pacification. La révolte est durement matée et de nombreux chefs de tribus sont déportés en Nouvelle-Calédonie. Une nouvelle révolte se déclenche dans les Aurès sous la direction du cheikh Mohamed Ben Abderrahmane. Et de Med Ameziane. Révolte qui se présente comme une guerre sainte, mais probablement également révolte contre l’administration des caïds locaux. Les insurgés se soumirent rapidement aux forces dépêchées sur place. Violence de la conquête. Les vingt premières années de la conquête. Furent celles d’une « violence exacerbée » ; à la résistance algérienne répond alors une répression féroce de l’armée française. La répression touche les combattants et leurs familles mais également tout l’environnement social et économique des tribus insoumises. Deux types de pertes sont distinguées par les historiens dans les conquêtes, celles de la conquête à proprement parler et celles dues aux conséquences de la domination sur les indigènes. La brutalité de la conquête est décrite et résulte des méthodes de guerre employées : par exemple Bugeaud va enfumer les Arabes rebelles dans les grottes. Diverses exactions sont décrites : têtes coupées brandies fièrement en signe de victoire, égorgement d’hommes, poursuites lors des razzias et les enfumages ; l’issue la plus probable est la mort plutôt que la captivité pour les hommes, femmes et enfants pris dans le conflit ou sous le « rouleau compresseur de l’armée française ». Dans une lettre écrite juste après les enfumages, Bugeaud écrit que cette tuerie aurait un « grand retentissement dans le pays ». Ce type de violences employées en Vendée, en Italie, en Espagne et en Haïti, et la participation des généraux Rovigo, Clauzel et Bugeaud à ces campagnes font que ces pratiques de guerre furent importées en Algérie. D’autre part la vision de l’Algérie comme pays « barbaresque », lui prête un contexte de violence, aux yeux du maréchal Soult. Il condamne ainsi les pertes civiles en Europe, alors qu’il les considère comme « la guerre elle-même » en Afrique. Certains parlementaires appellent à une « guerre d’extermination », les anthropologues discutent de la possibilité d’une extinction de la « population algérienne ». Cependant l’État colonial, bien qu’ayant mené des campagnes violentes, n’a pas développé par la suite de politique d’extermination de la population. La confiscation des terres permettait l’établissement de la colonie de peuplement et les Algériens étaient alors vus comme une possible main-d’uvre pour les colons et l’État. Dès lors une politique d’extermination ou même d’expulsion n’est pas prônée y compris par les généraux, comme Bugeaud qui considère que les indigènes doivent être intégrés au système colonial ; cependant son rejet de l’extermination ou de l’expulsion des Algériens serait plus lié à une impossibilité pratique et à une impasse politique qu’à des considérations morales. À partir des années 1870, la politique de la République française en Algérie est marquée essentiellement par une volonté d’assimilation administrative et législative, au rebours de la politique d’administration indirecte voulue par Napoléon III. Visant à renforcer le pouvoir politique des musulmans. En 1891, après la mise en accusation de l’administration algérienne par le rapporteur du budget de l’Algérie, une commission extraordinaire est créée au Sénat sous la conduite de Jules Ferry. Le rapport qui suit, publié en 1892, condamne notamment la politique d’assimilation menée jusque-là. Il dénonce l’expropriation du sol natal des indigènes, leur exploitation par les communes européennes et suggère de renforcer la représentation politique des musulmans. Les griefs des populations algériennes vis-à-vis de l’administration appliquant une législation forestière. Restrictive des droits d’usage sont particulièrement visibles dans ce rapport. Les conclusions du rapport font perdre à Jules Ferry l’appui des « républicains opportunistes. » d’Algérie, qui dénoncent son « excessive bienveillance pour les indigènes ». Bien que le Sénat ratifie le rapport le. Presque rien des réformes préconisées en faveur des indigènes ne passe dans les faits. Deux villes de l’Est algérien, sont bombardées respectivement par le Goeben. De la Kaiserliche Marine. Faisant de nombreux morts. Au cours de la Première Guerre mondiale. Les tirailleurs et spahis algériens ont mené les mêmes combats que les soldats « français ». Les Algériens ont laissé 26 000 des leurs sur les champs de bataille d’Orient. De la Première Guerre mondiale. De la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette. Aux champs de bataille de la Hartmannswillerkopf, en passant par l’ossuaire de Douaumont. Le sacrifice consenti par les troupes d’Afrique du Nord et plus particulièrement par les Algériens, est encore de nos jours perceptible par les tombes marquées du croissant. Les Algériens ont été de toutes les grandes batailles de l’armée française de la Première Guerre mondiale. Ils se sont distingués notamment dans la Bataille de Verdun. Dans la Bataille de la Somme. En 1916, ou encore au chemin de Dames. Les tirailleurs et spahis algériens ont été, pendant ces quatre années de guerre, mêlés à toutes les batailles de l’armée française. Comme leurs compatriotes musulmans, les Algériens d’origines européenne ou juive séfarade ont participé très activement à l’effort de guerre en Occident comme en Orient (Dardanelles). Entre 1914 et 1918, 155 000 Européens d’Algérie sont mobilisés dans l’armée française. Certains régiments de tirailleurs mélangent les soldats des trois communautés. Un tiers d’entre eux sont affectés dans des régiments de tirailleurs algériens à des fins d’encadrement. Au total, 22 000 Européens d’Algérie sont tués pendant le conflit. Des monuments aux morts ont été édifiés dans beaucoup de communes d’Algérie, indiquant sans mention de l’origine les soldats tombés pour la France. Une des premières ébauches du drapeau algérien. L’émir Khaled petit-fils de l’émir Abd el-Kader. , à partir de 1919, milite pour les changements basés sur l’égalité promise par la France, à la suite de la mobilisation des Algériens pour la Première Guerre mondiale. En 1926 est fondée l’Étoile nord-africaine. Par des travailleurs immigrés dont la moitié sont originaires de Kabylie. Dirigée par Messali Hadj. L’organisation se rapprocha un temps du Parti communiste. Elle fonda aussi le journal El Oumma afin de propager les idées et de faire connaître les activités du parti. Les revendications du parti portaient essentiellement sur l’indépendance totale de l’Algérie, l’évacuation des troupes françaises, l’abrogation du code de l’indigénat. La récupération par les Algériens de leurs biens sous séquestre, le droit des Algériens à l’enseignement avec l’ouverture du champ médiatique et la liberté d’exercice des droits politiques et syndicaux. Très tôt, les autorités françaises exerceront une pression sur cette organisation. Ce parti serait aussi à l’origine des premières ébauches du drapeau algérien. Est fondée l’Association des oulémas musulmans algériens. Dont le programme est la restauration de la place de la culture islamique en Algérie, notamment par le moyen de la création d’écoles et de deux instituts à Tlemcen. L’armistice du 22 juin 1940. Comporte une série d’obligations qui affectent aussi bien la métropole que les colonies. En Algérie française, la nouvelle de la capitulation française désoriente l’opinion, qui accueille le discours du maréchal Pétain. Avec un certain malaise. Des secteurs de l’opinion lui sont cependant immédiatement favorables : les quotidiens L’Écho d’Oran. Et La Dépêche algérienne. Sont parmi les premiers à prôner le ralliement à Pétain. BA144 Ain-Arnat-Sétif Prise d’armes lors de la visite de Weygand en 1940. Est abrogé le 7 octobre 1940. Ministre de l’Intérieur de Vichy. Cette abrogation, qui se conjugue avec l’application du statut des juifs. Prive la communauté juive d’Algérie de sa nationalité française. L’économie et la société de l’Algérie sont touchées par l’interdiction de l’émigration vers la métropole des travailleurs immigrés, et par la pénurie de nombreuses denrées, à laquelle le gouverneur général tente de parer. La pénurie touche également les produits alimentaires, et, en 1942. Entraîne en Algérie de véritables situations de disette, qui touchent en particulier les populations musulmanes, et contribuent à une tension accrue entre communautés. Les populations indigènes donnent des signes de mécontentement : le 25 janvier 1941. Se mutinent dans le quartier du Harrach. Un événement que Weygand attribue en partie à l’action du Parti du peuple algérien. Et à la propagande allemande. Mène en effet des opérations de séduction envers le monde musulman, et diffuse des émissions de radio en langue arabe : au début 1941, Younès Bahri, speaker irakien. De Radio-Berlin, promet que l’Allemagne apportera la liberté aux Algériens. Une partie de l’opinion musulmane n’est pas insensible à ces efforts de propagande. Dans une moindre mesure, l’Italie. Mènent des actions de propagande revendiquant le Constantinois. Si les autorités coloniales ont choisi la collaboration, les indigènes refusèrent le plus souvent de livrer les Juifs et de collaborer. C’est le cas notamment à Laghouat. Où la population s’oppose à la demande des autorités de livrer les Juifs, dans la Casbah d’Alger. Les enfants juifs à qui les écoles républicaines étaient interdites vont fréquenter les écoles « arabes » où la population les accepte et dissimule leur identité aux autorités de Vichy. Les Algériens adopteront donc une position radicalement différente de celles des autorités de Vichy permettant la protection de nombreux Juifs d’Algérie. L’immigration algérienne et les milieux nationalistes algériens seront globalement sur la même position. S’opposera a toute forme de collaboration et aux persécutions des Juifs ; il fera dailleurs exclure du PPA en mai 1939 les zélateurs d’une alliance avec les Allemands regroupés dans le CARNA (Comité d’action révolutionnaire nord-africain). Ils seront cependant réintégrés dès 1943, et Mohamed Lamine Debaghine. Connu pour ses sympathies à l’égard du régime nazi, reste très influent à la tête du PPA pendant toute la période de la guerre. Et sera emprisonné par le régime de Vichy en 1941. La mosquée de Paris. Un des haut lieux de l’immigration algérienne en France, sauvera aussi de nombreux Juifs en leur délivrant des faux papiers et en les faisant passer pour des musulmans, les dissimulant ainsi aux autorités nazies. Créés dès le printemps 1939. Pour gérer l’afflux de réfugiés espagnols. Fuyant la guerre civile dans leur pays. Les camps d’internement. Ont été ensuite élargis aux étrangers. « ressortissant des territoires appartenant à l’ennemi ». Les camps d’Algérie accueillent dès juin 1940 communistes, indépendantistes musulmans, et réfugiés. Venus d’Europe centrale ou d’Espagne. Après la capitulation française, les camps sont utilisés pour y transférer depuis la métropole d’autres catégories de populations, comme les communistes et les Juifs étrangers. Des habitants d’Arzew. Vont à la rencontre des Américains durant l’Opération Torch, 1942. Un sergent américain distribue des canettes. De lait (rations) à des enfants français à Oran, circa 1942. Carte de l’Opération Torch, 1941. La bataille de Mers el-Kébir. Près d’Oran, oppose la flotte britannique à la marine française loyaliste. En 1941, le président américain Roosevelt. Charge le diplomate Robert Murphy. D’une mission de renseignement en Algérie. Elle consiste à entrer en liaison avec des officiers de l’armée vichyste et les recruter pour soutenir un débarquement allié. Le commandement en chef du débarquement allié incombe à l’Américain Eisenhower. Ils établissent également de nombreux contacts, non seulement avec les autorités locales de Vichy, mais aussi avec la Résistance afin de neutraliser les batteries côtières de Sidi-Ferruch et le. Corps d’armée française d’Alger pendant une quinzaine d’heures. Français occupent, dans la nuit du 7 au 8 novembre, les points stratégiques d’Alger, et mettent aux arrêts les plus hauts dirigeants civils et militaires vichystes, tels que le général Juin. Et l’amiral Darlan. L’opération sera baptisée quelques mois plus tard putsch d’Alger. Pendant ce temps se déroule l’opération Torch. Qui dure jusqu’au 10 novembre. Deux corps expéditionnaires alliés débarquent en Algérie, le premier à Oran et Arzew. Le second à Alger. Tandis que le débarquement d’Alger est un succès pour les Alliés, la partie qui concerne Oran est mitigée. Il s’agit d’une tentative alliée de débarquer les troupes directement sur le port d’Oran, afin d’épargner les utiles installations portuaires et les bâtiments de la flotte vichyste s’y trouvant. La marine française vichyste riposte et inflige des dégâts importants. Engagés, 183 sont tués et 157 blessés aux rangs desquels on compte. Ainsi que cinq marins américains morts et sept blessés. Une tentative similaire est menée à Alger, Opération Terminal. Deux navires britanniques tentent de débarquer six cents hommes directement sur le port ; les forces vichystes ripostent. L’HMS Malcolm a dix membres d’équipage morts, davantage sont blessés, et le bâtiment endommagé bat en retraite. Au troisième essai, l’HMS Broke débarque ses troupes sur le quai de Fécamp sous le feu des loyalistes. Le navire se retire mais, atteint par les batteries, il finit par couler le 10 novembre. Une célèbre affiche de propagande vichyste de l’époque représentait un marin français demandant assistance et portait la mention « Souvenez-vous d’Oran! » en référence à l’attaque survenue à Mers el-Kébir. En parallèle à Reservist est menée l’Opération Villain , première opération aéroportée américaine, destinée à prendre le contrôle des aérodromes de Tafaraoui. Près d’Oran et à les maintenir jusqu’à l’arrivée des troupes débarquées au port d’Oran. Cette opération d’envergure engageant. À destination d’Oran est un fiasco. Seuls treize avions atteignent l’Algérie dont dix larguent les parachutistes derrière la sebkha. D’Oran, où ils sont immédiatement fait prisonniers par les troupes de Vichy. Et Charles de Gaulle. À la conférence de Casablanca. Bombardent un couvent-orphelinat d’Alger, faisant dix-huit victimes, le. Conséquence de l’opération Torch. Un gouvernement vichyste de l’Afrique française est constitué le. Par l’amiral François Darlan. Sous le nom de « Haut-Commissariat de France en Afrique ». Il prend le pouvoir « au nom du Maréchal », et mobilise les Français d’Afrique du Nord pour « libérer le Maréchal ». Le général Henri Giraud. Évadé dAllemagne pressenti par les Américains pour prendre le pouvoir militaire d’une France coloniale qu’ils espèrent voir à leurs côtés, n’arrive à Alger que le 9 novembre, et se rallie à Darlan en échange de sa nomination comme commandant de l’armée d’Afrique. Après l’assassinat de ce dernier, il prend la tête du Haut-Commissariat, qui maintient toutes les lois et mesures d’exception de Vichy en vigueur, y compris même l’internement des résistants déportés par Vichy, dans les camps de concentration du sud. Est créé le commandement en chef français civil et militaire. Le nouveau pouvoir d’Alger est soutenu par Roosevelt, malgré son maintien de la législation vichyste. Le débarquement a eu lieu sans que le général de Gaulle. En soit informé par les Alliés anglo-américains. Le général de Gaulle, chef de la France libre. Basée à Londres, arrive à Alger le. L’opération Torch, de fait, établit un avant-poste des Alliés en Méditerranée en même temps qu’elle fournit une nouvelle capitale à la France libre. Alger, qui succède à Londres. Cette opération donne lieu à des représailles en métropole et en Algérie de la part de Berlin. De 1942 à 1943, la Luftwaffe. Décollant depuis la colonie italienne voisine de Libye. Se livre à des bombardements civils notamment sur les villes algériennes de Bône. Les bombardiers en piqué allemands. Prennent pour cible le port d’Alger détruisant au passage un couvent. Les États-Unis procèdent au réarmement de l’armée d’Afrique. Placée sous le commandement du général Giraud. La première livraison de chars américains à Alger a lieu dès le. Et la remise des chaînes de montage par les autorités américaines le 29 avril. Cependant la cérémonie de remise du premier convoi de matériel américain aux forces françaises d’Afrique du Nord se déroule au champ de manuvres d’Alger, le. De nombreux Algériens furent recrutés au sein de l’armée française de la Libération. Et engagés sur les fronts italiens et français. En Algérie, la conscription concerna les différentes composantes de la société algérienne (indigènes, européens). Les effectifs mobilisés en Algérie s’élevèrent de 1943 à 1945 à 304 000 Algériens, dont 134 000 « musulmans » et 170 000 « européens » le taux de mobilisation pour les Pieds noirs. Natif d’Algérie, commanda le Corps expéditionnaire français en Italie. Les futurs présidents de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella. Furent engagés volontaires et décorés. Un des artisans du déclenchement de la révolution algérienne en 1954, fut récompensé de son courage pendant la campagne d’Italie en 1944. Par la médaille militaire. Et la croix de guerre. Futur vice-président du GPRA. Fut mobilisé en 1943. Régiment des tirailleurs algériens. Où il devint caporal-chef. Le Comité français de la Libération nationale. Est l’organe gouvernemental coprésidé par les généraux Henri Giraud et Charles de Gaulle à la suite de la fusion des deux autorités françaises participant à la guerre au côté des Alliés. Le Commandement en chef français civil et militaire. D’Alger (général Giraud) et le Comité national français. Commandant en chef des armées alliées en Afrique du Nord, et le général Giraud. Commandant des Forces françaises. » des Américains, saluant les drapeaux des deux nations au quartier général des Alliés à Alger, 1943. Est rétabli, marquant l’abolition du Statut des Juifs. Les israélites d’Algérie redeviennent français. Les autorités militaires américaines créent un poste des Affaires civiles. À Alger dans le cadre de l’AMGOT. Le « gouvernement militaire allié des territoires occupés ». Conférence de Brazzaville et procès d’Alger (1944). La conférence de Brazzaville. Se tenant en Afrique-Équatoriale française. Du 30 janvier au 8 février, introduit une nouvelle monnaie en Algérie ou « contre-valeur » par la délibération du. Organisée par le Comité français de la Libération nationale. (CFLN), afin de déterminer le rôle et l’avenir de l’Empire colonial français. Elle décide de l’abolition du code de l’indigénat. Et retient la proposition, faite par Félix Éboué. D’une politique d’assimilation. En faveur des colonies. Le procès d’Alger. Portant notamment sur les responsabilités militaires et civiles des camps d’internement, a lieu au Palais de justice d’Alger en 1944. Parmi les condamnés, Pierre Pucheu. Qui est exécuté à Alger le. À Alger, le Comité français de la Libération nationale (CFLN) change de nom et devient le Gouvernement provisoire de la République française. (GPRF), organe gouvernemental unissant la Résistance. Intérieure (métropole) et extérieure (l’Armée Nationale de Libération). Il est créé officiellement le. Quelques jours avant le débarquement en Normandie. Sous la présidence du Gouverneur général Yves Chataigneau. Un effort social et politique est entrepris en faveur de la population musulmane d’Algérie de 1945 à 1946. Concrètement cela se traduit par une aide humanitaire apportée aux populations militaire et civile. Avec le rapatriement des prisonniers, les Services de santé et le Service social de l’armée organisent la Journée du blessé musulman le. Les bénéfices du grand gala organisé pour cette journée spéciale sont reversés à un nouvel établissement militaire, l’Hôpital musulman d’Alger. Une initiative comparable a lieu en octobre de la même année avec l’ouverture de maisons claires. Dont la Maison du blessé de guerre musulman. L’entraide métropolitaine se traduit aussi par un ravitaillement en nourriture et vêtements de la population musulmane démunie des douars. Telle celle peuplant l’oasis. De pareilles distributions ont aussi lieu dans les centres urbains via les écoles. Des Missions médico-sociales sont dépêchées dans les centres du sud avec assistantes sociales, médecins et médicaments. Un centre de transfusion sanguine est ouvert à Alger, un hôpital moderne est aménagé à Sétif. Des secours sont également organisés contre les catastrophes naturelles, telles le tremblement de terre dans le sud-ouest Constantinois. En février 1946 (500 victimes), ou la crise du blé qui se traduit par l’envoi par bateaux d’une partie des stocks de blé de la métropole pour contrebalancer la destruction des récoltes céréalières d’Algérie. L’administration tient aussi compte des aspects urbains, religieux et politique avec une reconstruction basée sur un urbanisme neuf visant à réduire le phénomène de taudification. L’édification de la mosquée Beni Ounif. Dans le sud-Oranais malgré la loi de 1905. , et la création d’assemblées avec la participation des hautes personnalités musulmanes. Massacres de Sétif et Guelma (1945). En mai 1945, pour fêter la victoire des alliés, un défilé est organisé. Les nationalistes veulent profiter de l’occasion pour organiser une manifestation en rappelant leur revendications. Des exactions ont également lieu. Lors de la manifestation à Setif dans la confusion est abattu un jeune militant, Bouzid Saâl. Il s’ensuit une fusillade provoquant la colère de la foule musulmane. Puis des meurtres et viols commis sur des Européens. L’armée exerce sa répression en divers endroits de l’Est algérien, dit Constantinois. La répression menée par le général Duval sera brutale, l’armée utilisant même des fours à chaux pour faire disparaître les cadavres des victimes de la répression. Le bilan sera de. Européens selon la commission Tubert. Le nombre de morts musulmans est de moins de 1 000 victimes selon une enquête demandée par le gouverneur général Yves Chataigneau. Les chercheurs Rachid Messli et Abbas Aroua, du Centre de recherche historique et de documentation sur lAlgérie, déclaraient le. « la plupart des historiens sentendent sur le fait que 45 000 est un chiffre exagéré. Il serait plus réaliste de penser que le bilan humain se situe entre 8 000 et 10 000 morts ». Jour de la Toussaint. Le Front de libération nationale (FLN). Manifeste pour la première fois son existence en commettant une série d’attentats en plusieurs endroits du territoire algérien. Cette journée, connue sous le nom de Toussaint rouge. Est rétrospectivement considérée comme le début la guerre d’Algérie. La guerre oppose le FLN et sa branche armée l’ALN. À l’armée française. Comptant troupes d’élite, gendarmes, appelés du contingent. Et supplétifs musulmans, dits harkis. Environ 1 750 000 militaires sont envoyés en Algérie. Près de 180 000 musulmans algériens (réguliers et supplétifs) combattent du côté français pendant la guerre d’Algérie. Les massacres de 1955 dans la région de Philippeville. Notamment, marquent un point de non-retour. Qui se termine par le démantèlement complet du réseau FLN d’Alger et la bataille des Frontières. Qui coupe la résistance intérieure des combattants de l’ALN de l’extérieur et cause des pertes importantes, le plan Challe. Le moral de l’ALN, déjà atteinte par les sanglantes purges internes qui ont décimé la wilaya III puis la wilaya IV en 1958 opération « Bleuite. », est fortement entamé. En 1958, la crise de confiance entre l’armée et les dirigeants politiques français suscite le putsch du 13 mai. Dont la conséquence est le retour au pouvoir de Charles de Gaulle. Qui par le référendum du 28 septembre 1958. Fonde la Cinquième République. Dans les colonies françaises. Le référendum vise également à la création de la Communauté française. En Algérie, 96 % des habitants de lAlgérie, européens, juifs et musulmans, (75 % des 4 184 110 électeurs inscrits) disent « oui » à la nouvelle Constitution. Le délégué général du gouvernement en Algérie, Paul Delouvrier. Est chargé par l’Élysée de mettre en uvre le Plan de Constantine. Plan de développement économique et social qui prévoit, entre autres, de « fertiliser le Sahara. De Gaulle ouvre dans un discours la voie à l’autodétermination. Il annonce que l’ensemble des Algériens auront à se prononcer sur leur avenir. L’une des options est la sécession conduisant de fait à l’indépendance. Ou bien la francisation conduisant, en raison de l’égalité des droits, à un unique État de Dunkerque à Tamanrasset; enfin un gouvernement autonome en Algérie, en association avec la France qui garderait ses prérogatives sur l’économie, l’enseignement, la défense et les affaires étrangères. La possibilité d’une sécession, ouverte par ce discours du 16 septembre et l’utilisation du suffrage universel, inquiète les partisans de l’Algérie française, ce qui débouche sur la semaine des barricades. (janvier 1960) puis, à l’issue du référendum sur l’autodétermination. Du 8 janvier 1961, la création de l’Organisation armée secrète (OAS). (février 1961), et culmine dans le putsch des généraux. Le 18 mars 1962, les négociations entre les représentants de la France et du Gouvernement provisoire de la République algérienne. Débouchent sur les accords d’Évian. Ils se traduisent par un cessez-le-feu. Immédiat applicable sur tout le territoire algérien. Ils sont approuvés, lors du référendum du. Par 91 % des votants de France métropolitaine, les électeurs des départements d’Algérie étant exclus du scrutin. Ces accords mettent fin officiellement à sept années et cinq mois de guerre, durant laquelle de 250 000 à 400 000 Algériens pro-indépendantistes ou non sont tués. Pour la France, on décompte 28 500 morts du côté des militaires, 30 000 à 90 000. 4 000 à 6 000 chez les civils européens, et environ 65 000 blessés. Sur le terrain, les accords d’Évian, loin d’apporter aux populations la paix attendue, inaugurent une période de violence redoublée fusillade de la rue d’Isly. Bataille de Bab El Oued. Puis massacre d’Oran. Ces violences précipitent l’exode de la population des Européens d’Algérie. Et ont pour conséquence le massacre de plusieurs dizaines de milliers de harkis. Proclamation d’indépendance (5 juillet 1962). À l’issue du référendum d’autodétermination de l’Algérie. Les gouvernements algérien et français proclament l’indépendance de l’Algérie le 3 juillet. Le Gouvernement provisoire de la République algérienne. Cède la place à un État nommé République algérienne démocratique et populaire. Loi française du 23 février 2005. La Loi française du 23 février 2005. Proposée par le ministre délégué aux anciens combattants. A suscité une vive polémique pour sa mention faite au « rôle positif de la colonisation ». Ce passage a été abrogé sous l’impulsion du président Jacques Chirac. Proposition de loi algérienne du 13 janvier (2010). Le quotidien français Le Figaro. Reformule une dépêche de l’AFP. L’instigateur de cette proposition de loi, le député FLN Moussa Abdi. Déclare « nous envisageons de créer des tribunaux spéciaux pour juger les responsables de crimes coloniaux ou de les poursuivre devant les tribunaux internationaux ». La particularité de la situation qui accentue son impact diplomatique dans les relations franco-algériennes, le journaliste français Simon Benichou le décrit comme de « nouvelles crispations entre Paris et Alger ». Tient au fait que les partis politiques au pouvoir, dans les deux pays respectifs, sont les mêmes qui étaient aux affaires lors de la « résolution » de l’« Affaire algérienne ». Proposition de loi française du 29 avril 2010. Le député Thierry Mariani. Dépose une proposition de loi, reconnaissant les crimes contre l’humanité commis contre les Français de toutes confessions du. « La France reconnaît les souffrances subies par les citoyens français dAlgérie victimes de crimes contre lhumanité commis du 19 mars 1962 au 31 décembre 1963 du fait de leur appartenance ethnique, religieuse ou politique. Dans une interview accordée alors, il accuse le FLN, et met également en cause l’inaction des autorités françaises, à cette époque. « rien na jamais été fait pour protéger les citoyens français habitant en Algérie à lépoque. Rien na jamais été fait pour rétablir la loi et lordre. Au contraire, des ordres stricts ont été donnés aux forces de lordre et à larmée française pour ne pas intervenir. Cette proposition de loi n’a pas été prise en considération. Principales révoltes anti-coloniales de 1830 à 1962. Et Lalla Fatma N’Soumer. Henri Félix Emmanuel Philippoteaux. De Constantine de 1830 à 1848. De 1832 à 1847. Révolte de Benacer Ben Chohra. Au Centre et Sud-Est en 1846. Révolte des Zaatcha menée par Cheikh Bouziane. De 1845 à 1850. Révolte de Cherif Boubaghla. Au Djurdura et en Kabylie entre 1851 et 1860. Insurrection des Ouled Sidi Cheikh. De 1864 à 1884. Révolte de Cheikh Bouamama. De 1881 à 1908. Révolte de Hadj Mohamed El Mokrani Boumezrag. Révolte des Touaregs du Hoggar avec Cheikh Amoud Ben Mokhtar. De 1877 à 1912. Insurrection de l Aurès. (Sétif, Guelma et Kherrata). De 1954 à 1962. L’item « AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie » est en vente depuis le jeudi 27 août 2020. Il est dans la catégorie « Collections\Calendriers, tickets, affiches\Affiches pub\ anciennes ». Le vendeur est « posterstudio-france » et est localisé à/en Atelier Affiche Moulin port Salomon DAMIATTE. Cet article peut être livré partout dans le monde.
  • Dimensions: 43 x 34 cm
  • Impression: Couleur
  • Epoque: Rétro (1900-1979)
  • Pays de fabrication: Algérie
  • Thème: Transport

AFFICHE Général De Gaulle 1958 Honneur Patrie en ARABE imp Baconnier Algerie